D’austin à Lake Charles

DSCN6223 (2)

Dernière étape de notre traversée du Texas : la ville d’Austin dans laquelle on a pu passer quelques jours à se promener entre les food trucks et les bars en tous genres. Puis direction la Louisiane pour une première découverte des bayous, des oiseaux migrateurs et des alligators!

Don’t mess with Texas…

« Don’t mess with Texas » est une phrase que l’on voit un peu partout au Texas. A l’origine, elle a été utilisée sur les panneaux routiers pour demander aux automobilistes de ne pas jeter leurs ordures par les fenêtres : « ne mettez pas le désordre/ne salissez pas le Texas ». Mais comme la phrase peut aussi signifier « on ne plaisante pas avec le Texas » grâce au double sens du verbe « mess », le slogan est presque devenu la devise des texans.

Montage1

Austin ne fait pas exception à la règle et on a vu le slogan décliné à toutes les sauces, dans toute la ville. Pourtant ici, le slogan est plutôt à prendre au second degré puisque l’ambiance dans la ville est plutôt détendue. Du fait des grandes universités qui y sont installées, Austin est assez dynamique et festive. C’est même la capitale de la musique live, et en effet, on a pu entendre beaucoup de musique rien qu’en se promenant sur la 6ème rue, l’une des rues centrales de la ville.

6e rue

On a aussi été étonné de trouver beaucoup de « food trucks », ces petits camions dans lesquelles on peut acheter toutes sortes de nourriture pour un repas sur le pouce. C’est la première fois que l’on en voit une concentration aussi importante avec autant de variété : nourriture mexicaine, café, gâteaux, pizzas… Il est possible de déguster à peu près toutes les spécialités selon l’endroit que l’on choisit. Parfois, les camions sont même regroupés sur de petites places avec quelques tables placées au milieu. C’est assez sympa et convivial.

Foodtrucks

Pour notre part, on a préféré aller déguster un barbecue, la spécialité locale, et on a pas été déçus : la viande était bonne et surtout, la sauce barbecue n’a rien a voir avec celle que l’on connaissait. Bon, on aurait préféré des vraies assiettes plutôt que des assiettes en polystyrène… Mais ça aussi c’est une spécialité locale!

Auston

Dans l’ensemble, même si nous ne nous sommes pas ennuyé à Austin, la ville reste « provinciale » et on a vite fait le tour des attractions principales. On a quand même aimé se promener dans le centre-ville, et dans les parcs, notamment celui de Barton Springs qui était assez étonnant. Le parc est traversé par un cours d’eau dont la source souterraine permet de maintenir l’eau à une température constante de 21° environ. Comme nous y sommes allé un jour plutôt frisquet, on voyait carrément de la fumée s’échapper de la rivière! Une partie de la rivière a été aménagée en bassin de nage et malgré la vague de froid, les nageurs n’avaient aucun problème pour rentrer dans l’eau puisqu’il faisait plus chaud à l’intérieur du bassin qu’à l’extérieur. Dommage, on avait pas pris nos maillots de bain :)

Barton

 

Premiers pas dans le bayou…

Après Austin, nous voilà partis pour Lake Charles, notre première étape en Louisiane. Cette petite étape d’une journée a l’extrême ouest de la Louisiane nous a permis de découvrir les différents visages de la région. Rien à voir avec le Texas ou les paysages désertiques que l’on a déjà pu voir…

DSCN6232

Pour découvrir cette nouvelle région, on a décidé de suivre le Créole trail, une boucle de 200 kilomètres au départ de Lake Charles. La première partie de notre parcours nous amène à travers les rizières… Première surprise, on ne savait même pas qu’il y a avait du riz en Louisiane (oui, on est naïfs et ignorants!). Et pourtant, les champs sont immenses! On a eu la bonne idée de s’arrêter au visitor center qui nous a fourni un GPS qui nous donne plein d’explications sur les endroits que l’on traverse. Du coup, on apprend que quand les récolte de riz sont terminées, les propriétaires peuvent emmener leur bétail dans la rizière ou y placer des écrevisses, l’une des autres spécialités de la région.

Riz

Quelques kilomètres plus loin, on arrive à Pintail Wildlife Drive, une petite route en forme de boucle dans les marais. On commence par s’arrêter pour faire une mini-balade de 800m sur un ponton aménagé au-dessus de l’eau. On profite de la promenade pour observer les centaines d’oiseaux qui sont présents en hiver, mais on avoue qu’on ne s’éternise pas trop… La région est quand même connue pour ses alligators!

DSCN6218Ibis

On remonte donc dans la voiture et on continue notre boucle. On a pas roulé 300m qu’on trouve déjà notre premier alligator installé bien tranquillement au bord du chemin. Puis on en voit un autre, puis un autre… Au total on en croisera une vingtaine – d’après nos estimations, entre 1m et 2m50 – en un quart d’heure de parcours… Ce n’était donc pas une légende :) Bizarrement, on est contents de les voir depuis la voiture et de n’avoir rien vu pendant notre promenade à pieds!

CrocosDSCN6249

Mis à part les alligators, on croisera des ibis, des hérons, des crested caracara et tout un tas d’autres oiseaux. On n’a jamais vu autant d’oiseaux et d’espèces différentes qu’ici! On verra aussi quelques tortues, mais comme elles sont assez fourbes (elles sautent dans l’eau dès qu’on les approche), on ne réussira pas avoir une photo correcte pour vous les montrer… Enfin, si vous avez de bon yeux, il y en a une cachée dans les photos ci-dessous :) Seul regret pour Thomas, ne pas avoir vu de crabes bleus… Peut-être une autre fois!

tortue

On rejoint la route principale et on se dirige vers les petits villages de Créole, Grand Chenier, Cameron et plus loin, les plages du golf du Mexique. Le paysage est magnifique, avec les marais d’un côté et les plages de sable blanc de l’autre, les bateaux pour la pêche à la crevette et les grands chênes mousseux de chaque côté de la route.

plage

 

Bateau

D’un autre côté, on sait que tout ça est fragile : on distingue au loin les nombreuses plate-formes pétrolières et un énorme réseau de gazoducs passe sous nos pieds. Le GPS nous indique aussi que cette partie de la côte est en première ligne lorsque les énormes ouragans balaient la région. D’ailleurs, Rita, un ouragan qui a eu lieu dix jours après Katrina a tout emporté du village de Holly Beach qui a du être totalement reconstruit. On est vraiment impressionnés de voir que tout ce qu’il reste des anciennes maisons c’est quelques dalles disséminées un peu partout.

maison

Au milieu de notre parcours, la route s’interrompt devant un chenal creusé entre les marais et la mer. On embarque donc sur le bac. On est comme des gamins à attendre dans la voiture que le bac entame la traversée. Les quelques minutes d’attente nous permettent de remarquer les dauphins qui sautent dans le chenal, c’est vraiment chouette.

Bilan de la balade : on est ravis, on ne pensait pas voir autant de choses ici! On repart en ayant appris plein de choses grâce aux différentes explications qui nous ont été données. Ça augure de belles balades pour la suite!

 

Le lien du Créole Trail sur lequel on peut voir toutes les espèces présentes sur le parcours, les infos sur les sites traversés, etc. : cliquez ici!

 

Comme vous le savez, on a été un peu occupés cette semaine :) Mais promis, on reprend le rythme bientôt avec un article sur notre semaine à Lafayette. A bientôt!

6 comments

  1. Austin ressemble aux villes que vous avez visitées mais la faune est impressionnante de beauté, pour les alligators vous étiez en voiture mais les oiseaux, les avez vous vraiment approché de si prés? En tout cas vous nous avez fait encore de bien jolies images! Gros bisous.

    1. Austin est quand même une petite ville, rien à voir avec Chicago ou New-York… Et elle n’a pas le charme de Boston non plus… On a trouvé ça sympa, sans plus :)
      Pour les oiseaux on a pu les approcher d’assez près, ils n’étaient pas trop effrayés. Et finalement, même si on était en voiture, les alligators étaient assez proches aussi :)
      Bisous

  2. Heureusement que vous êtes là pour nous rappeler que l’oncle Ben’s existe bel et bien. C’est vrai qu’on pense plus Camargue ou Chine quand on parle de riz.
    Et puis, faites quand même attention où vous mettez les pieds… les aligators aiment bien surprendre leur proie. Pour les arrêts pipi attendez la prochaine station essence !
    Bises.

    1. On n’avait pas fait le rapprochement mais bon les vaches ne sont pas violettes, donc on a une excuse :)
      Maintenant qu’on a changé de voiture, on n’a plus besoin d’aller aussi souvent à la pompe, donc on vit dangereusement!
      Pour google street view, regardez en direction de la rue Esplanade… le quartier est plus présentable!
      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>